• Des HérosAncienne ministre de la Santé, Simone Veil est probablement le seul personnage politique pour lequel je ressens un profond respect. Elle eut le courage, en 1974, d'affronter le conservatisme de la plupart de ses collègues politiques en faisant adopter la loi qui autorise l'avortement. Le courage, elle l'a appris à la plus rude école qui se puisse imaginer.



    Simone Veil est née Jacob le 13 juillet 1927 à Nice.
    Simone Jacob (qui se fait appeler Jacquier) est la seule en mars 1944 à passer et avoir son bac. Elle est arrêtée le 30 du même mois. Sa famille est arrêtée dans les heures qui suivent.
    Son père et son frère Jean seront déportés en Lituanie ; ils ne sont jamais revenus et leur sort est inconnu.
    Simone Jacob transitera par le camp de Drancy.
    Le 13 avril  elle sera dans le convoi n° 71 qui l'emmène à Auschwitz-Birkenau avec sa mère et sa soeur Madeleine surnommée Milou. Sur les conseils d'un prisonnier parlant français, elle ment sur son âge, disant avoir plus de 18 ans afin de passer l'épreuve de la sélection. Elle effectuera des travaux de terrassement.
    Puis en juillet 1944, toujours avec sa mère et sa soeur, elle sera transférée à Bobrek, petit kommando dépendant d'Auschwitz créé par la firme Siemens qui tournera jusqu'en janvier 1945.
    Devant l'avance des troupes soviétiques, les allemands emmènent les prisonniers dans une marche de la mort jusqu'au camp de Bergen-Belsen.
    Elle travaille aux cuisines. Sa mère y meurt du typhus le 15 mars 1945. Sa soeur, atteinte aussi, sera sauvée de justesse par l'arrivée des Alliés. Bergen-Belsen est libéré le 15 avril 1945.
    Simone reviendra en France en mai. Avec ses soeurs Madeleine et Denise, déportée à Ravensbrück, elles sont les seules survivantes de leur famille.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique